Dernières Actualités

Homélie des obsèques de son Excellence Ferdinand Léopold Oyono à Ngoazip le 26 juin 2010

Homélie des obsèques de M. Ferdinand Léopold OYONO

 

 

 

 

 

Excellence Monsieur le Représentant Personnel du Chef de l’Etat,

 

 

Excellences Messieurs les Ministres et membres du Gouvernement,

 

 

Excellences les membres du corps diplomatique,

 

 

Excellences Nos Seigneurs les Evêques,

 

 

Madame OYONO,

 

 

Monsieur le Gouverneur de la Région du Sud,

 

 

Monsieur le Délégué de la Communauté Urbaine  d’Ebolowa,

 

 

Autorités administratives, politiques, parlementaires, militaires et municipales,

 

 

Chers confrères dans le sacerdoce,

 

 

Chers religieux et religieuses,

 

 

Chers membres de la famille éplorée,

 

 

Frères et sœurs dans le  Christ,

 

 

 

 

 

            Cette vie qui vient de s’éteindre aura brillé dans ce monde par sa sagesse multiforme.

 

 

            Une sagesse créative qui s’est épanouie dans la culture littéraire, négro-africaine et universelle. La célébrité de tant  d’œuvres rayonne et rayonnera encore dans le monde.

 

 

            Une sagesse professionnelle au service de la nation, dans les univers les plus variés au cœur  l’art de la diplomatie et des finesses de l’administration, qui explique la constance des responsabilités de confiance assumées par le défunt jusqu’à la dernière heure.

 

 

            Une sagesse humaine mûrie au fil des ans, fleurissante dans ses rapports interprofessionnels et les relations familiales et amicales, qui a conféré à juste titre au défaut, l’autorité de patriarche.

 

 

            Une sagesse spirituelle engagée, discrète et profonde portée par une foi existentielle totalement Christocentrique.

 

 

            C’est de cette sagesse qu’il nous incombe de parler, avec des mots actuels qui n’épuisent pas la profondeur de l’auteur sacré du livre de la Sagesse.

 

 

            Le livre de la Sagesse  parfois appelé livre de Salomon, est le plus récent des livres de l’Ancien Testament, écrit dans la seconde moitié du premier siècle avant notre ère ; il n’est l’œuvre ni d’un théologien, ni d’un  philosophe ; il est l’œuvre d’un sage d’Israël qui exhorte à la sagesse qui vient de Dieu, sagesse qui s’obtient par la prière, qui est source des vertus et qui procure tous les biens.

 

 

            L’extrait que nous avons écouté, présente la sagesse comme l’épouse du roi Salomon, le grand roi. Il relève aussi,  le lien bien connu entre la grande royauté de Salomon avec la sagesse éternelle.

 

 

            Par des images et des concepts forts, l’auteur sacré du livre de la sagesse, fait valoir aujourd’hui les richesses incommensurables que produit la sagesse.

 

 

            Elle est cosmologique, car elle sait attendre le créateur à travers sa création.

 

 

            Elle est historique, parce qu’elle sait tirer du temps qui passe et des conjonctures de l’avenir l’éternité qui ne passe pas.

 

 

            Elle est humaine parce qu’elle guide l’homme dans vocation de gestionnaire nommé de l’espace et du temps, l’œuvre de Dieu.

 

 

            Elle est sociable et sociale, parce qu’elle construit et purifie les relations inter humaines par la pertinence des vertus.

 

 

            Elle est féconde et créatrice car son pouvoir fait sortir des œuvres du néant, du nouveau, de l’inédit de l’être.

 

 

            Au fond, la sagesse est passionnément divine, c’est la science de Dieu, bien mieux,  c’est l’Esprit de Dieu qui se répand à l’être humain pour que toute les créations restent divines.

 

 

            Monsieur Ferdinand Léopold que nous avons connu et aimé était un sage qui a su faire, à sa manière, de cette science de Dieu, un art d’être, de vivre et de servir.

 

 

            Il a fructifié comme le révèle l’Evangile de Luc, la diversité des pièces d’or ; ou selon St Paul, ses charismes variés ! La pièce d’or de l’Evangile, est  une image évocatrice des charismes reçus tant dans l’art de faire, d’avoir que celui de l’être !

 

 

            Ce  Maître de l’Evangile qui reconnaît l’ingéniosité de son serviteur, est le Dieu créateur qui se réjouit de notre aptitude à continuer la création et de notre fidélité à notre vocation de co-créateur.

 

 

            Chaque don reçu, comme talent ou charisme renvoie à l’esprit de Dieu. St Paul ayant approfondi ce mystère nous le révèle avec une rare clarté ; c’est toujours le même esprit  qui est à l’œuvre en nous et dans notre créativité matérielle et spirituelle, dans notre art de croire comme dans l’art de vivre.

 

 

            Chaque talent ou charisme est donc signe de notre consanguinité avec Dieu, qui est le bien dans sa perfection infinie. Les charismes,  nous les quantifions habituellement par les sept dons du St Esprit ! A savoir l’intelligence  la sagesse, la science, la force, le conseil, la piété et la crainte de Dieu.

 

 

            En chercheur de Dieu, chemin complexe qu’il a parcouru, dépassant le doute et le  questionnement, la sécularisation et le laïcisme, l’orgueil de soi et l’athéisme, Monsieur Ferdinand Léopold a puisé dans sa propre histoire les preuves qui attentent que les charismes divers sont l’œuvre de Dieu en  nous et surtout sont ce  que Dieu nous donne pour être à sa  ressemblance.

 

 

            De retour des soins de santé qui l’on porté en France, soins de santé qu’il veillé à confier à la bénédiction de Dieu avant même son départ, en faisant célébrer  des messes soutenues à cette intention, Monsieur Ferdinand Léopold a tenu à rendre grâce à Dieu, après son  opération fort risquée, dans l’intimité et le silence de la prière, à l’occasion de son anniversaire en 2008.

 

 

            Au fond, ce fut plus qu’une action de grâce, mais surtout, une vraie relecture des rapports existentiels avec Dieu !

 

 

            Cette soirée, à  n’en pas douter, était celle des adieux de foi à l’Eglise à laquelle il était attachée. Ce fut un bilan de profonde sagesse et de profonde reconnaissance à Dieu qu’il l’a élu et porté à la vie.

 

 

            Ce fut une forte confession de foi au Christ, au-delà de  la vie, au-delà de la mort !

 

 

            Rendons grâce à Dieu ! Car pour cela,  en tant que croyant en Christ, la question n’est plus de savoir comme le philosophe africain ; «comment vivre et mourir pour assurer sa survie ? La question est plutôt de savoir «comment vivre dans le Christ, lui qui est le maître de la vie et de la mort ?

 

 

            De fait,  le Christ Jésus qui a restauré notre éternité originelle et notre être divin dans la  plénitude et l’immortalité bienheureuse : sa centralité dans le destin de l’humanité est évidente.

 

 

            De ces adieux anticipés, avec mes mots, je résumerai ainsi ses propos :

 

 

«  Comment rendrai-je à Dieu tout le bien qu’il m’a fait et particulièrement le don de vie ?

 

 

            Cette vie que la mort a toujours menacé, de laquelle Dieu l’a toujours préservée. De la mort accidentelle annoncée au Maroc, j’en suis sorti miraculeusement vivant.

 

 

            Des prévisions majoritaires de mort postopératoire, j’en suis sorti vivant.

 

 

            Des conditions réunies de mort inéluctable, j’en sui sorti vivant !

 

 

            Dieu  m’a donné une vie en qualité et en quantité !

 

 

            Je m’en remets à lui et à sa divine miséricorde, la vie de tout homme étant cousue de grandeurs et de faiblesses ».

 

 

            Chers frères et sœurs, l’Eglise tient à exprimer ici, sa gratitude à M. Monsieur Ferdinand Léopold OYONO, pour son engagement constant à la soutenir de façon diversifiée dans le monde ; plus près de nous, dans l’archidiocèse de Yaoundé comme dans le  Diocèse d’Ebolowa, auquel appartient sa Paroisse natale de Ngoazip, M. Ferdinand Léopold a assumé sa place de fidèle engagé, apportant un soutien décisif aux lourds projets de réfection, de construction et de fonctionnement ; inspirant des choix et des  visions éclairés, le tout dans une pleine simplicité, humilité et discrétion.

 

 

            Chers parents de Ferdinand Léopold !

 

 

            Ce jour doit nous unir tous en fidélité à  cet héritage d’une rare abondance, dont la plus grande dimension est bien la culture de la sagesse qu’exprime si bien cette prière de Salomon que nous devons faire nôtre.

 

 

            « Dieu des pères et Seigneur de miséricorde, mande la sagesse, des cieux saints de ton trône de gloire, envoie-là pour qu’elle nous seconde et peine avec nous ; et que  nous sachions  ce qui te plaît  car elle sait et comprend tout, elle nous guidera prudemment dans nos actions et nous protègera par sa gloire » cf.Sg9, 10-11.

 

 

            Frères et sœurs, plus qu’un décès, c’est d’une apothéose qu’il s’agit aujourd’hui ! Rendons hommage à ces terres qui nous l’on donné.

 

 

            Terre de Ngoazip, de Kribi à Ebolowa, d’Ebolowa à Sangmelima ! Quelle fécondité !

 

 

            Ton antre est un vrai panthéon où reposent tant et tant de tes illustres enfants !

 

 

            Hommes et femmes de culture que le monde ne saurait oublier.

 

 

            Administrateurs chevronnés, artistes ingénieux, créateurs de tous génies !

 

 

            Comment ne pas te rendre hommage à cette heure où dans ce riche panthéon tu accueilles une figue immortelle !

 

 

            Tes enfants étant tous grands ! Ils le demeurent encore, ils le demeureront toujours.

 

 

            Pour toi, nous remercions le ciel de t’avoir arrosé de tant de génies, de patriotes et d’humanistes.

 

 

            Pour toi, nous intercédons auprès du Bon Dieu afin que tu enfantes encore pour aujourd’hui et demain d’illustres fils et filles pour ton propre bonheur, pour la grandeur de ton pays et pour  la joie des hommes.

 

 

            Grand Ferdinand Léopold, tu as tout donné et tu as su donner.

 

 

            Aujourd’hui, donne toi pour toujours à l’amour et à la miséricorde de Dieu.

 

 

            Que t’accompagnent au panthéon du Père éternel, ton humanisme avéré ta foi en Dieu et tout le bien accompli !

 

 

            Que t’accueillent tes défunts frères récemment décédés, OWONA René, Jean Marc ELA, Paul ENGO pour une vie éternelle en Dieu !

 

 

            Que le Christ, ressuscité te recrée pour un destin sans fin.

 

 

AMEN.

 

 

 

 

 

 

 


Powered by Renvi YIMGNA. Site contacts: moi@ferdinandleopoldoyono.org, kamdem@ferdinandleopoldoyono.org