Dernières Actualités

Témoignage du Pr.Gervais MENDOZE

TEMOIGNAGE DU PR. GERVAIS MENDO ZE

 

« Nous perdons une icône de notre histoire »

 

 

            Le sentiment qui m’habite est celui que tout Camerounais, tous ceux qui ont connu Ferdinand Léopold OYONO éprouvent en ce moment. Je crois qu’il faut le dire et c’est manifeste, nous perdons en Ferdinand OYONO, un grand homme, une icône de notre histoire. C’est une figure éminemment majeure de l’histoire  de notre pays et même de l’espace francophone. J’ai fait la connaissance de Léopold Ferdinand OYONO il y a près de 25 ans, il était encore Ambassadeur et moi j’étais un jeune enseignant à l’Université de Yaoundé. Je venais de terminer ma thèse de 3e cycle sur Lafontaine et le jury à l’unanimité m’a demandé d’orienter mes travaux de linguistique et de stylistique françaises vers un texte africain pour qu’on puisse développer les textes négro-africains. J’ai évidemment choisi l’œuvre romanesque de Ferdinand OYONO et j’en fais la matière d’une étude ethno structurale qui portait sur sa prose romanesque. A la faveur de ses déplacements à Yaoundé, on a travaillé et il a mis à ma disposition une somme importante de documents qui m’ont permis de mieux faire sa connaissance et d’entrer dans la substantifique moelle de sa production et même de sa pensée. Je puis aussi avouer que Ferdinand OYONO était un oncle à moi et à ce titre, il était très exigeant sur ce que j’avais à faire et ce que j’ai fait.

 

            C’est un personnage multipolaire, multidimensionnaire, qui nous a quittés. On a en Ferdinand OYONO d’abord le diplomate, futé, qui s’est abreuvé à la source traditionnelle, qui connaît la palabre africaine, qui a fait le droit international et qui a roulé sa bosse dans presque toutes les institutions qui peuvent permettre de faire de la diplomatie. Ensuite l’homme de lettres. J’allais dire le romancier, puisqu’il est l’auteur de trois romans célèbres : « Une vie de boy », « Le vieux nègre et la médaille », c’est d’ailleurs par ce roman qu’on l’identifie, et « Chemin d’Europe ». Il avait annoncé « Pandémonium » dont j’ai vu le manuscrit, mais il ne l’a finalement pas publié. C’était un romancier qui était sur la liste des plus représentatifs du monde noir. »   

 


Powered by Renvi YIMGNA. Site contacts: moi@ferdinandleopoldoyono.org, kamdem@ferdinandleopoldoyono.org