Dernières Actualités

La coopération bilatéralle
Sous-titres:
La coopération bilatéralle
La 4e commission mixte Cameroun-Egypte
La 12e commission mixte avec le Gabon
Les autres commissions mixtes
L'état des liens entre le Cameroun et ses partenaires.
Toutes les pages

1- La coopération bilatérale.

       On peut définir la coopération bilatérale comme la collaboration entre deux pays souverains tant au niveau économique, diplomatique, social, culturel, scientifique, etc. Ce type de coopération trouve son fondement dans le souci qu'ont deux pays de défendre en commun leurs intérêts, de réaliser en commun des projets, de s'entraider mutuellement. C'est une coopération qui procède par la signature d'accords. Ainsi, au cours de cinq années passées à la tête du MINREX, Ferdinand OYONO aura signé plusieurs accords liés à des questions diverses.

- L'affaire Bakassi.

      Alors que les relations avec les autres partenaires bilatéraux ont connu un dynamisme sans cesse renouvelé dans l'intérêt mutuel, les liens traditionnellement pacifiques avec le Nigeria sont entrés dans une phase de grandes turbulences depuis l'occupation de la péninsule camerounaise de Bakassi par les forces armées de ce pays. En sa qualité de ministre des relations extérieures, Ferdinand OYONO, a été en première ligne dans cette crise frontalière déclenchée au mois de décembre 1993. Ferdinand OYONO explique comment le Nigeria a occupé le territoire camerounais en ces termes :
`' En décembre 1993 l'armée nigériane, au mépris de la charte des Nations unies et de la charte de l'OUA, a franchi la frontière naturelle et internationalement reconnue marquée par le fleuve Akwayafé. Pour s'installer au Cameroun ! Et de là par des attaques successives, n'a de cesse de progresser à l'intérieur de la presqu'île de Bakassi. Et ces troupes se trouvent sur une pénétrante d'environ 30 kilomètres chez nous ! Et au mépris des recommandations, tant du conseil de sécurité des Nations unies que de la cour internationale de justice... `'
       Face à cette situation entre des voisins liés par l'histoire et la géographie, le Cameroun a développé une politique étrangère d'isolement de son agresseur sur le plan international et de stabilisation du front militaire en attendant la décision de la cour internationale de justice sur le différend frontalier qui oppose les deux pays.
    Au niveau africain, en marge de la saisine de l'organe central du mécanisme de l'OUA pour la prévention, la gestion et le règlement des conflits, une activité diplomatique intense a été déployée auprès des Etats membres de l'organisation panafricaine sur la justesse de la cause défendue par le Cameroun. Le 13 janvier 1994, Ferdinand OYONO est dépêché à Abuja par le Président Paul BIYA porteur d'un message de paix et de conciliation au Général ABACHA en vue d'un règlement pacifique du différend. Un mois plus tard, c'est au tour du ministre délégué auprès du Ministre des Relations Extérieures de se rendre auprès de son homologue nigérian en vue de lui faire entendre raison. Tous ces efforts se sont avérés vains.Le 20 mars 1994, Ferdinand OYONO conduit une délégation de huit membres  à Addis-abeba pour prendre part aux travaux de la deuxième réunion de l'organe central du mécanisme de prévention, de gestion, et de règlement des conflits de l'OUA. Cette délégation a pour mission de défendre la camerounité de Bakassi et de demander le retrait immédiat et sans condition des troupes nigérianes de ce territoire. Cette délégation devait également obtenir de l'organisation panafricaine que les deux pays soumettent leur différend devant la Cour Internationale de Justice (C.I.J) de la Haye, mais aussi le rétablissement d'un climat durable de paix et de bon voisinage dans le golfe de Guinée.Abordant le dossier de Bakassi avec beaucoup de tact et de dialogue, Ferdinand OYONO n'a pas désespéré. Pour lui, l'agression n'était pas consommée ; optimiste, le chef de la diplomatie camerounaise au cours d'un entretien accordé à la presse a déclaré que :
`' ... Nous avons introduit notre requête au mois de mars 1994 donc, cela signifie que les troupes nigérianes doivent retourner chez elles... `'
    Devant l'échec avéré des efforts de règlement de la crise par voie de négociation suite à la saisine de l'organe central du mécanisme de l'OUA du règlement des différends, le Cameroun a porté l'affaire devant la C.I.J. de la Haye, et par delà la question de Bakassi il a également demandé une solution par voie judiciaire de tous les problèmes pendants sur ses frontières terrestres lacustres et maritimes avec le Nigeria .Sans préjudice de la procédure judiciaire pendante devant la C.I.J., d'intenses activités diplomatiques se sont déployées pour freiner les ardeurs du Nigeria et stabiliser le front militaire. Sous les auspices du Président Gnassingbe Eyadema du Togo, le Ministre des Relations Extérieures Ferdinand OYONO et son homologue du Nigeria Chief Tom IKIMI, se sont rencontrés pendant deux jours à Kara (Nord du Togo) au sujet du différend frontalier et territorial opposant les deux pays. Cette tentative de médiation initiée par le Président Eyadema est restée la plus significative  de toutes celles qui ont concouru à la résolution du différend. On se souvient de la première qui se tint à Tunis le 13 juin 1994. Et au cours de la même année les ministres des affaires étrangères du Cameroun et du Nigeria s'étaient concertés à Kara du 4 au 6 juillet. Les deux ministres avaient arrêté conjointement une série de mesures visant à maintenir la paix dans la presqu' île de Bakassi, en attendant le verdict de la C I J.
     Les 16 et 17 février 1996, à l'invitation du Général Eyadema, Ferdinand Léopold OYONO rencontre à Kara au Togo son homologue nigérian, Chief Tom IKIMI qui avait remplacé Babagana KINGIBE au courant de l'année 1995. Au terme de cette deuxième réunion des ministres des affaires étrangères, les ministres camerounais et nigérian reconnurent que l'affaire était pendante devant la C.I.J. et se mirent d'accord sur l'arrêt de toutes les hostilités à Bakassi .
`' ...J'y étais, tout comme le précédent Ministre des Affaires étrangères du Nigeria. Nous sommes tombées d'accord pour gérer la paix, en attendant les décisions de la C.I.J. ... `'.
   Cette médiation du président togolais aboutit au processus de Kara du 17 juillet 1994. Les autorités de Yaoundé poursuivront la recherche d'un climat de paix. A cet effet, le lundi 5 février 1996, l'ambassadeur du Nigeria à Yaoundé Georges BELLO fut convoqué au ministère des Relations extérieures par Ferdinand OYONO qui lui traduisait la très vive préoccupation de Yaoundé au sujet des manœuvres de provocation de nature à susciter une escalade de violence.Dans un communiqué du 22 février 1996, le ministre camerounais des Relations extérieures dénonce les termes de l'accord du 17 février et révéla qu'en violation flagrante des engagements pris à Kara, le Nigeria poursuit les hostilités militaires à Bakassi. Ce même jour, le Cameroun décida de saisir de nouveau le Conseil de Sécurité des Nations-Unies .
   Les initiatives de l'OUA à travers son organe de règlement des conflits, ainsi que celles du conseil de sécurité et du Secrétariat général des Nations Unies ont conduit au déploiement d'une mission de bons offices alternativement au Cameroun, au Nigeria et dans la région de Bakassi.Certains diplomates  admettent à présent que c'est sous la conduite de Ferdinand OYONO que le dossier de Bakassi a connu plus tard un aboutissement heureux. Monthe TOMMO à cet effet déclare :
`' ...il aura été un grand débutant dans la gestion de ce dossier, lorsque tout espoir semblait perdu; l'ayant successivement engagé auprès du conseil de sécurité des Nations-Unis, de la C.I.J., du mécanisme de prévention de gestion et des règlements de l'OUA... `'.
C'est avec beaucoup de tact, de rigueur et de dialogue que OYONO a su mener ce dossier avant de passer le témoin au ministre de la Justice qui se chargea par la suite de le gérer. Mais, il faut dire que c'est à Ferdinand Léopold OYONO en partie qu'on doit cette solution .
   On ne saurait parler de l'action de Ferdinand Léopold OYONO sans mentionner le courage dont le diplomate camerounais a fait montre dans la gestion de ce dossier. En effet, dix huit mois après le scrutin Présidentiel d'octobre 1992, Ferdinand OYONO reconnaissait au cours d'une conférence donnée que les relations entre Yaoundé et Washington avaient connu une relative détérioration du fait que son ambassadeur madame Frances Cook se montrait favorable à l'opposition. Saisissant au cours de la même occasion l'opportunité de faire le point sur l'affaire de Bakassi, Ferdinand Léopold OYONO réaffirma à l'intention des américains le libre choix des orientations des dirigeants camerounais en ces propos :
`' ... parce que le problème de nos pays est que certains estiment les connaître tout de go et pensent de ce fait, pouvoir nous dire ce qui est bon pour nous et nous demandent de faire comme ils veulent... `'
  Toutefois, il faut dire que ce différend frontalier n'a pas frustré le chef de la diplomatie camerounaise dans son action. Ainsi, sous la supervision du Chef de l'Etat qui définit la politique étrangère du Cameroun, le MINREX a pu relancer les travaux des commissions mixtes.

- La tenue des commissions mixtes.

Les commissions mixtes sont l'expression de la volonté des partenaires de conférer une dynamique nouvelle ou renouvelée à leurs relations bilatérales. Jusqu'à l'arrivée de Ferdinand OYONO à la tête du MINREX, celles-ci se sont tenues pour la dernière fois en 1988 entre le Cameroun et ses partenaires. L'apparition des commissions mixtes comme une nouvelle pratique diplomatique a été rendue nécessaire par l'évolution des relations bilatérales. Se situant au-delà des relations diplomatiques traditionnelles, ces travaux sont apparus comme un cadre auquel les Etats ont recours lorsqu'ils désirent consolider leurs interactions.

Le rôle des commissions mixtes qui se tiennent à intervalles réguliers est d'examiner l'état des relations, de dresser le bilan de la coopération entre deux pays et de suggérer les voies de maintenir et de développer ces relations  .Ainsi, il est important de savoir que l'existence d'une commission mixte entre deux Etats n'est pas automatiquement synonyme de consolidation des relations entre ces Etats. La relation qui existe entre la commission mixte et l'approfondissement des relations bilatérales ne peut s'établir que si la commission mixte existe et fonctionne régulièrement.De 1992 à 1996, le MINREX a organisé près de dix rencontres bilatérales avec d'autres pays. C'est le cas des grandes commissions mixtes qui se sont tenus à Yaoundé du 29-30 août 1995 avec l'Egypte et à Libreville du 18-20 juillet 1997 avec pour ambition de renforcer les liens de coopération avec ces pays.

   La 4e commission mixte Cameroun-Egypte


    Les relations entre le Cameroun et l'Egypte remontent aux années cinquante. C'est au cours de ces années là que l'Egypte abrite les nationalistes camerounais. Les liens diplomatiques entre les deux pays s'établissent avec la reconnaissance du gouvernement de Yaoundé par celui du Caire en 1960. C'est à cet effet que le chef de l'Etat égyptien déclare :
`'Une fois l'indépendance acquise il n'y a plus de raison de continuer à aider l'opposition dont la raison d'être était de lutter contre les colons français `' .Une ambassade est ouverte la même année dont le représentant est M. BEHLE. Trente cinq années après, cette coopération a fonctionnée tant bien que mal jusqu'en 1995. A partir de cette année, elle a connu un coup d'accélérateur avec la tenue de la IVe session de la grande commission mixte Egypto-Camerounaise.En effet, sur une invitation de Ferdinand OYONO, ministre des Relations extérieures du Cameroun, Amre MOUSSA, ministre des Affaires étrangères de la République Arabe d'Egypte est venu en visite officielle au Cameroun du 29 au 30 août 1995 dans le cadre des travaux de la IVe session de la grande commission mixte égypto-camerounaise présidés conjointement par les deux ministres.
   A la suite des travaux, Amre Moussa a eu une série d'entretiens avec Ferdinand OYONO, entretiens au cours desquels les perspectives des relations bilatérales entre les deux pays ont été évoquées. Les deux ministres ont recommandé le lancement des négociations devant aboutir à la signature des accords dans les domaines des transports aériens et maritimes avec la nécessité selon la partie égyptienne de l'ouverture d'une ligne directe Douala-Alexandrie ainsi que la mise en circuit d'un bateau qui devait desservir la côte Ouest africaine. Ils se sont par ailleurs félicités de la signature de l'accord de coopération entre le fonds égyptien pour la coopération technique en Afrique et au Cameroun, ainsi que de la signature du protocole de coopération culturelle entre le Cameroun et l'Egypte pour les années 1996-1998. En outre, ces entretiens empreints d'un climat d'amitié, de fraternité et d'entente mutuelle, ont permis aux deux ministres de passer en revue les questions africaines et internationales d'intérêt commun: notamment la situation au Burundi, Rwanda, Libéria, ainsi que la situation au Moyen orient. Ferdinand OYONO et son homologue se sont félicités de la volonté de leur gouvernement de déployer tous les efforts nécessaires en vue de consolider les liens d'amitié et de diversifier la coopération bilatérale dans tous les domaines. Enfin, le rôle-clé du secteur privé dans la consolidation de la coopération économique entre Yaoundé et le Caire notamment par l'accroissement du volume des échanges commerciaux a été débattu.
      Jusqu'à la tenue de cette IVe session, l'on déplorait la timidité de la coopération commerciale. Les échanges entre les deux pays étaient en deçà de leurs potentialités réelles. A cet effet, Ferdinand OYONO et son homologue égyptien ont lancé un appel pressant aux opérateurs économiques des deux pays afin qu'ils exploitent judicieusement l'environnement juridique et politique favorable, créé par les deux gouvernements et qu'ils entretiennent un courant d'échanges commerciaux et économiques entre les deux pays .
     L'action du MINREX Ferdinand Léopold OYONO est loin d'être achevée après cet appel à l'endroit des opérateurs économiques égyptiens ; en effet dans le souci de renforcer davantage les liens bilatéraux entre le Cameroun et ses partenaires, des travaux en commissions mixtes vont se multiplier à l'instar de ceux de Libreville.

  La 12e commission mixte avec le Gabon


    Le vendredi 18 juillet 1997 se sont tenus les travaux de la 12e commission mixte entre le Cameroun et le Gabon à Libreville. A la tête d'une forte délégation de hauts fonctionnaires et d'une quarantaine de femmes et d'hommes d'affaires camerounais, Ferdinand OYONO a rencontré de hautes personnalités gabonaises. La géographie, l'histoire et des liens séculaires de voisinage ont toujours constitué des mobiles d'incitation à vouloir coopérer plus et s'entendre mieux. Durant cinq jours le ministre camerounais est reçu en audience par sept ministres ainsi que par le président du Sénat Georges RAWIRI. Les deux parties font état de leur volonté réciproque de coopérer.

      Des opérateurs économiques de la trempe de Françoise FONING, James ONOBIONO et Pierre TCHANQUE etc, ont pris part, aux côtés de leurs homologues gabonais conduits par CASIMIR OYE MBA, ministre des Affaires étrangères aux travaux de cette 12e commission. C'était une première dans le cadre des relations bilatérales entre le Gabon et le Cameroun. Cette volonté s'est concrétisée par la mise sur pied d'un comité de suivi qui devrait veiller à ce que les résolutions prises ne restent pas lettre morte . Les deux parties ont relevé dans le communiqué final leur désir de :
- de renforcer et d'élargir le cadre juridique des relations entre le
Cameroun et le Gabon par la signature de nouveaux accords ;
- de dynamiser la coopération dans le domaine universitaire ainsi que dans les secteurs de la culture et des arts, de la communication et des affaires sociales, de la condition féminine et de la formation professionnelle, des sports et des télécommunications ;
- de clarifier les questions frontalières ;
- de densifier et de renforcer la coopération entre les autorités des deux
pays chargées des questions consulaires notamment celle de la circulation des personnes et des biens ;
- de mettre en place un partenariat plus poussé et mutuellement
bénéfique entre les opérateurs privés camerounais et gabonais conformément à la volonté des Présidents Paul BIYA du Cameroun et Omar BONGO du Gabon

 Les autres commissions mixtes


      En plus des deux cas relevés plus haut, beaucoup d'autres commissions mixtes entre le Cameroun et ses partenaire ont eu lieu sous l'impulsion du ministre Ferdinand Léopold OYONO, comme l'indique le tableau numéro un ci après (Source : Archives du Ministère des Relations Extérieures)

Partenaires (Pays)

Lieu

Année

 

La République Populaire de Chine

Beijing

1993 et 1995

 

La Corée du Nord

Pyongyang

1993

 

Le Nigeria

Abuja

1993

 

La Belgique

Bruxelles

1994

 

Le Tchad

Maroua

1994

 

La Tunisie

Tunis

1995

 

L'Egypte

Yaoundé

1995

 

L'Allemagne

Yaoundé

1994 et 1996

 

Le Gabon

Libreville

1997

 
 

 

La particularité des commissions mixtes tenues avec ces différents pays réside dans l'amélioration des liens bilatéraux et surtout dans l'assistance économique des pays développés (Chine, Allemagne) ayant abrité deux fois ces commissions. Pour ce qui est de l'Egypte, la Tunisie et le Gabon, les gouvernements se sont engagés à ouvrir le secteur privé aux hommes d'affaires des pays concernés ainsi que ceux du Cameroun. Ces pays faut-il souligner offrent des opportunités réelles de partenariat et de complémentarité avec le Cameroun.
     On peut également mettre à l'actif des commissions mixtes en raison de leur importance, des événements tels que : le séminaire atelier Cameroun-Nigéria sur la coopération transfrontalière (Yola mai 1992), la réunion des experts camerounais et nigérians sur les questions de frontières (Yaoundé, août 1993) qui a notamment abouti à la reconnaissance, par la partie nigériane de la validité de la déclaration de Maroua de 1975 portant délimitation de la frontière maritime entre les deux pays .

- L'état des liens entre le Cameroun et ses partenaires.

     Entre novembre 1992 et décembre 1997 période au cours de laquelle Ferdinand OYONO coordonne les  « affaires de dehors », le Cameroun a noué des relations diplomatiques avec une douzaine de pays. C'est le cas avec la République Sud-Africaine, le Guatemala, le Paraguay, la Jamaïque, Singapour, l'Indonésie, le Pakistan, l'Ukraine, l'Irlande, la Slovaquie et la Turquie. En outre, des consulats honoraires ont été créés dans plusieurs pays : en Italie (Gêne, Messine, Turin, Naples), au Costa Rica, en Afrique du Sud (Johannesburg) et au Liban (eyrouth) .
      Parallèlement, le Cameroun a vu ses liens renforcés avec les autres Nations en raison du climat de paix et de stabilité qui y régnait. C'est ainsi que de nombreux pays ont accrédité de nouveaux ambassadeurs au Cameroun en remplacement de ceux arrivés en fin de séjour. C'est notamment le cas du Canada, des Etats-Unis, de la Belgique, des Pays-Bas, de la France, du Royaume Uni, de la Suède, du Tchad, de la Norvège, du Gabon, de la Pologne, d'Israël, de la Turquie,de l'Iran, de l'Union Européenne, de la Grèce, de l'Indonésie et du Saint Siège. Le Cameroun de son côté a accrédité des représentants diplomatiques en Espagne, Grande Bretagne, Danemark, Suède, Norvège, Grèce, France, Gabon, Ethiopie, Russie et aux Etats-Unis. Par ailleurs, on ne saurait oublier l'ouverture d'une ambassade à Prétoria le 2 juin 1997.

   Avec la Chine

         Dans le cadre des liens bilatéraux, l'un des tout premiers voyages officiels qu'effectue Ferdinand OYONO en tant que MINREX est en Chine, le 11 janvier 1993. Yaoundé et Beijing entretiennent depuis près de deux décennies, des relations fructueuses et cordiales. C'est ainsi que moins de deux mois après sa nomination comme ministre des Affaires étrangères, Ferdinand OYONO qu'assistent madame YAOU Aïssatou, ministre des Affaires sociales et de la Condition féminine et Francis NKWAIN, ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères reçoit son homologue Chinois QIAN QUICHEM. Au cours de cette visite, il est procédé à la signature d'une lettre de confirmation d'un don de 100 000 000 (Cent millions) de francs CFA du gouvernement chinois au gouvernement camerounais destiné à la construction d'un atelier de couture pour handicapés de sexe féminin. A l'issue des entretiens, Ferdinand OYONO et QIAN QUICHEM ont relevé le caractère symbolique de ce don qui s'inscrivait dans le cadre de la coopération fructueuse qui liait les deux pays .
        On ne saurait parler de la coopération Sino-Camerounaise entre 1992-1997 sans mentionner l'accord portant sur le jumelage des provinces du Sud-Cameroun et de Hubei ; encore moins de l'accord de prêt sans intérêt de trois milliards de Fcfa accordé à Yaoundé par Beijing. L'enveloppe initiale de ce prêt a bénéficié d'une rallonge de deux milliards de Fcfa, suite à un protocole additionnel signé dans la capitale camerounaise le 13 août 1996. Il y' a lieu de souligner que la plus part des projets de coopération sino-camerounais sont déjà été réalisés ou en cours de réalisation ; à l'instar du don d'engins de forage au Centre National d'Etudes et Expérimentation du Machinisme Agricole (CENEEMA) déjà réalisé, le projet de construction d'une usine de fabrication de glaces, la construction des routes etc.

    Avec la France

      Avec la France, les relations sont restées cordiales. Relations d'échanges et beaucoup plus d'assistance à l'endroit du Cameroun, malgré l'ambitieux projet manqué du chef de la diplomatie camerounaise le 28 avril 1994.En effet, le ministre Ferdinand OYONO, est au centre du projet de transformation de l'Institut National de la Jeunesse et des sports (I.N.J.S) en Institut international de la Jeunesse et des sports (I.I.J.S) réunissant le MINREX, le MINJES et les services de la primature. Ce projet multilatéral ne sera jamais réalisé et pour cause la France principal partenaire de l'ancienne structure (I.N.J.S) n'ayant jamais été informé dudit projet. Les fonds nécessaires au financement soit 700 millions de francs CFA apprêtés à cet effet n'ont pas été versés . Incompréhension ? Malentendu entre parties ? Ou mauvaises intentions des promoteurs ? On ne saurait répondre par l'affirmative à ces interrogations.
      Toutefois, des négociations entre le gouvernement camerounais représenté par Augustin F. KODOCK, ministre du plan et le gouvernement français représenté par Pierre Jacquenot, chef de Mission française de coopération et d'action culturelle au Cameroun aboutirent le 19 juillet 1994 à la signature d'une convention de financement de 700 000 000 f CFA pour l'exécution du « complexe d'entraînement du sport d'élite à fonction régionale » .Ces relations d'amitié, d'échanges et de fraternité entre le Cameroun et ses partenaires lui ont permis dans une certaine mesure, de pouvoir s'affirmer sur la scène internationale.
 


Powered by Renvi YIMGNA. Site contacts: moi@ferdinandleopoldoyono.org, kamdem@ferdinandleopoldoyono.org