Dernières Actualités

La coopération bilatéralle
La coopération bilatéralle - L'état des liens entre le Cameroun et ses partenaires.
Sous-titres:
La coopération bilatéralle
La 4e commission mixte Cameroun-Egypte
La 12e commission mixte avec le Gabon
Les autres commissions mixtes
L'état des liens entre le Cameroun et ses partenaires.
Toutes les pages
     Entre novembre 1992 et décembre 1997 période au cours de laquelle Ferdinand OYONO coordonne les  « affaires de dehors », le Cameroun a noué des relations diplomatiques avec une douzaine de pays. C'est le cas avec la République Sud-Africaine, le Guatemala, le Paraguay, la Jamaïque, Singapour, l'Indonésie, le Pakistan, l'Ukraine, l'Irlande, la Slovaquie et la Turquie. En outre, des consulats honoraires ont été créés dans plusieurs pays : en Italie (Gêne, Messine, Turin, Naples), au Costa Rica, en Afrique du Sud (Johannesburg) et au Liban (eyrouth) .
      Parallèlement, le Cameroun a vu ses liens renforcés avec les autres Nations en raison du climat de paix et de stabilité qui y régnait. C'est ainsi que de nombreux pays ont accrédité de nouveaux ambassadeurs au Cameroun en remplacement de ceux arrivés en fin de séjour. C'est notamment le cas du Canada, des Etats-Unis, de la Belgique, des Pays-Bas, de la France, du Royaume Uni, de la Suède, du Tchad, de la Norvège, du Gabon, de la Pologne, d'Israël, de la Turquie,de l'Iran, de l'Union Européenne, de la Grèce, de l'Indonésie et du Saint Siège. Le Cameroun de son côté a accrédité des représentants diplomatiques en Espagne, Grande Bretagne, Danemark, Suède, Norvège, Grèce, France, Gabon, Ethiopie, Russie et aux Etats-Unis. Par ailleurs, on ne saurait oublier l'ouverture d'une ambassade à Prétoria le 2 juin 1997.

   Avec la Chine

         Dans le cadre des liens bilatéraux, l'un des tout premiers voyages officiels qu'effectue Ferdinand OYONO en tant que MINREX est en Chine, le 11 janvier 1993. Yaoundé et Beijing entretiennent depuis près de deux décennies, des relations fructueuses et cordiales. C'est ainsi que moins de deux mois après sa nomination comme ministre des Affaires étrangères, Ferdinand OYONO qu'assistent madame YAOU Aïssatou, ministre des Affaires sociales et de la Condition féminine et Francis NKWAIN, ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères reçoit son homologue Chinois QIAN QUICHEM. Au cours de cette visite, il est procédé à la signature d'une lettre de confirmation d'un don de 100 000 000 (Cent millions) de francs CFA du gouvernement chinois au gouvernement camerounais destiné à la construction d'un atelier de couture pour handicapés de sexe féminin. A l'issue des entretiens, Ferdinand OYONO et QIAN QUICHEM ont relevé le caractère symbolique de ce don qui s'inscrivait dans le cadre de la coopération fructueuse qui liait les deux pays .
        On ne saurait parler de la coopération Sino-Camerounaise entre 1992-1997 sans mentionner l'accord portant sur le jumelage des provinces du Sud-Cameroun et de Hubei ; encore moins de l'accord de prêt sans intérêt de trois milliards de Fcfa accordé à Yaoundé par Beijing. L'enveloppe initiale de ce prêt a bénéficié d'une rallonge de deux milliards de Fcfa, suite à un protocole additionnel signé dans la capitale camerounaise le 13 août 1996. Il y' a lieu de souligner que la plus part des projets de coopération sino-camerounais sont déjà été réalisés ou en cours de réalisation ; à l'instar du don d'engins de forage au Centre National d'Etudes et Expérimentation du Machinisme Agricole (CENEEMA) déjà réalisé, le projet de construction d'une usine de fabrication de glaces, la construction des routes etc.

    Avec la France

      Avec la France, les relations sont restées cordiales. Relations d'échanges et beaucoup plus d'assistance à l'endroit du Cameroun, malgré l'ambitieux projet manqué du chef de la diplomatie camerounaise le 28 avril 1994.En effet, le ministre Ferdinand OYONO, est au centre du projet de transformation de l'Institut National de la Jeunesse et des sports (I.N.J.S) en Institut international de la Jeunesse et des sports (I.I.J.S) réunissant le MINREX, le MINJES et les services de la primature. Ce projet multilatéral ne sera jamais réalisé et pour cause la France principal partenaire de l'ancienne structure (I.N.J.S) n'ayant jamais été informé dudit projet. Les fonds nécessaires au financement soit 700 millions de francs CFA apprêtés à cet effet n'ont pas été versés . Incompréhension ? Malentendu entre parties ? Ou mauvaises intentions des promoteurs ? On ne saurait répondre par l'affirmative à ces interrogations.
      Toutefois, des négociations entre le gouvernement camerounais représenté par Augustin F. KODOCK, ministre du plan et le gouvernement français représenté par Pierre Jacquenot, chef de Mission française de coopération et d'action culturelle au Cameroun aboutirent le 19 juillet 1994 à la signature d'une convention de financement de 700 000 000 f CFA pour l'exécution du « complexe d'entraînement du sport d'élite à fonction régionale » .Ces relations d'amitié, d'échanges et de fraternité entre le Cameroun et ses partenaires lui ont permis dans une certaine mesure, de pouvoir s'affirmer sur la scène internationale.

 


Powered by Renvi YIMGNA. Site contacts: moi@ferdinandleopoldoyono.org, kamdem@ferdinandleopoldoyono.org