Dernières Actualités

Régularité de Ferdinand Oyono comme chef de mission diplomatique du Cameroun
Régularité de Ferdinand Oyono comme chef de mission diplomatique du Cameroun - Au centre des liens entre Yaoundé -les pays du Benelux et la C.E.E(1965-1969)
Sous-titres:
Régularité de Ferdinand Oyono comme chef de mission diplomatique du Cameroun
Ambassadeur du Cameroun à Monrovia (1963-1965)
Au centre des liens entre Yaoundé -les pays du Benelux et la C.E.E(1965-1969)
Ambassadeur du Cameroun à Paris (1969-1974)
A Alger (1982-1984) et Londres (1984-1985)
Toutes les pages

     Le 03 novembre 1965, Ferdinand Léopold OYONO est nommé à la suite de deux décrets du chef de l'Etat Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Cameroun au royaume de Belgique ; et cumulativement, Ambassadeur de la République Fédérale du Cameroun au Luxembourg et aux Pays Bas avec résidence à Bruxelles. Entre Yaoundé et Bruxelles, siège de la Communauté Economique Européenne (C.E.E), s'ouvre ainsi une grande ère de coopération visant à amener les pays de la C.E.E a s'intéresser au développement économique du Cameroun. C'est la mission qui est assignée au nouvel Ambassadeur ; mais très vite étant donné l'existence du marché commun qui organise la coopération économique entre les six pays européens  et qui vise à harmoniser et a organiser les relations économiques avec les nouveaux Etats Africains et Malgaches (E.A.M.A), l'action de Ferdinand OYONO va vite s'intégrer dans cette coopération.
     En effet dès le 20 juillet 1963, le Cameroun avec les dix-sept  des E.A.M.A signait à Yaoundé une convention d'association avec les pays de la C.E.E dite convention de Yaoundé I. Elle entra en vigueur le 1er juillet 1964 pour une durée de cinq ans et fut remplacée le 29 juillet 1969 par la convention de Yaoundé II, signée également pour une durée de cinq ans. C'est le lieu de mentionner qu'en prélude à ces multiples négociations, Ferdinand OYONO en tant qu'ambassadeur auprès de la C.E.E , a pris part à toute les réunions préparatoires qui vont se tenir à Bruxelles en 1966. Ainsi, avec la première convention de Yaoundé fut mise en place le deuxième Fonds européen de développement (F.E.D) d'un montant global d'environ 198 milliards de F CFA courants. II y a lieu de mentionner qu'en prélude à ce F.E.D signé à Bruxelles, c'est à Paris que les ambassadeurs des pays africains d'expression française se réunissaient pour débattre des questions économiques concernant leurs Etats respectifs et la situation de la communauté (E.A.M.A) en particulier. C'est ainsi que petit à petit la coopération Nord-Sud sera mise en place. C'est également au cours de cette période où OYONO est ambassadeur du Cameroun à Bruxelles qu'il est élaboré la manière d'intéresser les autres pays européens à un développement de l'Afrique et plus tard des Caraïbes.
    Le 11 novembre 1966, les ministres des « Six » Etats européens et les « dix-huit » ministres des EAMA se retrouvent à Bruxelles pour la session extraordinaire du conseil d'association CEE-EAMA. Conduite par Victor ATEBA Ministre adjoint des affaires économiques et du plan et de Ferdinand Léopold OYONO, ambassadeur du Cameroun auprès de la CEE, la délégation camerounaise assiste à ces travaux dont l'objectif est de définir la notion de « produits originaires ». Il y a lieu de souligner qu'entre Yaoundé et Bruxelles les liens sont basés sur le commerce, les échanges et la coopération Nord-Sud.. A cet effet, le Cameroun va jouer un rôle important au sein des EAMA car son potentiel économique et humain était considérable en Afrique francophone. Suite à la nécessité de rechercher et de mettre en œuvre en commun des solutions visant l'accroissement des échanges au sein de l'association et l'élimination des obstacles à l'écoulement des produits africains sur les marchés de la CEE, les Etats Africains et Malgaches demandent aux six d'étudier les mesures susceptibles d'aboutir à la réduction de certaines taxes intérieures de consommation .Enfin, dans le domaine des relations extérieures, la résolution des parlementaires de Bruxelles préconise une position coordonnée des 24 pays européens et africains associés, lors de la conférence mondiale sur le commerce et le développement. Tenant compte des facteurs qui retardent l'action du F.E.D dans le développement de certains pays, la résolution propose que des mesures particulières soient prises pour promouvoir un développement harmonieux et équilibré de l'ensemble des  Etats associés
       Dans le cadre des EAMA et des travaux des « Six Dix-huit » il faut dire que ce sont des réunions qui se tenaient autour des Ministres chargés en Afrique des questions de développement ; ces réunions étaient précédées et préparées par celles du comité des Ambassadeurs à Bruxelles. Ainsi, au cours de cette première décennie des indépendances, période de tous les projets, de toutes les ambitions, Ferdinand OYONO aura eu l'insigne honneur de prendre part et de représenter son pays aux importantes négociations Economiques Eurafricaines.

3- L'Ambassadeur du Cameroun à Paris (1969-1974)



 


Powered by Renvi YIMGNA. Site contacts: moi@ferdinandleopoldoyono.org, kamdem@ferdinandleopoldoyono.org