Dernières Actualités

Régularité de Ferdinand Oyono comme chef de mission diplomatique du Cameroun
Régularité de Ferdinand Oyono comme chef de mission diplomatique du Cameroun - Ambassadeur du Cameroun à Monrovia (1963-1965)
Sous-titres:
Régularité de Ferdinand Oyono comme chef de mission diplomatique du Cameroun
Ambassadeur du Cameroun à Monrovia (1963-1965)
Au centre des liens entre Yaoundé -les pays du Benelux et la C.E.E(1965-1969)
Ambassadeur du Cameroun à Paris (1969-1974)
A Alger (1982-1984) et Londres (1984-1985)
Toutes les pages

Monrovia représente le premier poste diplomatique africain où Ferdinand OYONO est nommé ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République Fédérale du Cameroun, le 10 décembre 1962. La coopération entre les deux pays voit le jour dès l'accession du Cameroun à l'indépendance. Considérant le rôle important joué par le Libéria sur la scène internationale dans les années cinquante et soixante et du fait que c'est le premier pays indépendant d'Afrique noire en dehors de l'Afrique du Sud dominée par les racistes blancs, Monrovia a constitué un phare pour le continent africain. Il était par conséquent de bon ton que le Cameroun y dispose d'une représentation diplomatique.
     Par ailleurs, à cette période précédant les indépendances africaines, le gouvernement de Monrovia était l'un des rares pays en Afrique à dire non à l'anarchie et à la violence que l'on observait dans certains pays, et à prôner la négociation . Du 8 au 12 mai 1961en effet, dans la capitale Monrovia , les Etats membres du groupe de Brazzaville, favorables à la politique du Président William TUBMAN vont se retrouver dans la capitale du Libéria et constituer le groupe des modérés ou de Monrovia. Le Président Ahmadou AHIDJO à la suite de l'initiative et de l'engagement du président William TUBMAN, ouvrira une représentation Diplomatique à Monrovia.
    Cette ouverture peut également se justifier par le soutien que le président libérien avait apporté au président AHIDJO lors de la contestation de la réalité de l'indépendance du Cameroun par l'Union des populations du Cameroun (UPC) soutenue alors par certains pays tels le Ghana, la Guinée etc. C'est dans ce sens que Alexis BOUM précise que :
`' Lorsque les nationalistes Upécistes se rendaient aux Nations-Unies pour demander que cette indépendance qu'ils appelaient factice ne soit pas reconnue, il n'y avait pas beaucoup d'Etats africains comme le Libéria pour apporter leur soutien au Cameroun. Ce n'était pas du tout évident compte tenu de l'opposition et de la résistance qui était faite... `' .En effet, à travers un communiqué publié en 1961 le gouvernement de Monrovia a manifesté sa sympathie au peuple Camerounais. De 1963 à 1965, la mission de Ferdinand OYONO au Libéria va consister à maintenir le climat de fraternité et de coopération étroite entre les deux pays. Ferdinand OYONO se souvient de cette nomination :
`' C'est avec beaucoup de joie et de courage que j'ai accueilli ma nomination ; je ne pensais pas être nommé si tôt pour défendre les intérêts de mon pays. Le Président Ahidjo m'a fait confiance et je n'eu pas grande peine au cours de ma mission à Monrovia `'
     Au cours de cette période (1963-1965) en effet, des liens de coopération bilatérale en matière d'agriculture et d'éducation se sont renforcés. Le Liberia a ouvert ses portes aux Camerounais désireux de se former sur les techniques agricoles modernes. En retour, il envoyait certains de ses étudiants se former au Cameroun. Le climat de confiance réciproque entre les deux pays s'est poursuivit jusqu'à nos jours malgré les troubles politiques incessantes qu'a connu le pays depuis l'avènement du Sergent Samuel Doe en 1980. Ferdinand OYONO deuxième Ambassadeur du Cameroun au Liberia après Joseph OWONO NKOUDOU, peut être crédité d'avoir contribué au renforcement durable des rapports entre les deux pays. Cette coopération n'a connu aucun incident lorsqu'il quitte ce pays pour Bruxelles.

2- Au centre des liens entre Yaoundé -les pays du Benelux et la C.E.E(1965-1969)



 


Powered by Renvi YIMGNA. Site contacts: moi@ferdinandleopoldoyono.org, kamdem@ferdinandleopoldoyono.org